Les accords toltèques

Publié le 14 janvier 2019 dans Bonheur et sérénité, Spiritualité

Les Accords Toltèques représentent 4 grandes règles de vie pour développer son potentiel, se sentir bien et communiquer harmonieusement avec les autres. Ils permettent aussi d’être au plus près de ses émotions et mieux anticiper les épreuves de la vie au quotidien. L’ouvrage de Don Miguel Ruiz, « Les 4 Accords Toltèques », est ainsi devenu une référence mondiale, prônant des règles de vie simples qui nous aident à atteindre la sérénité nécessaire pour mieux se connaître et se projeter dans l’avenir avec bienveillance. 

Pratiquer les Accords Toltèques pour contrôler nos émotions

Les émotions sont normales et nécessaires. Cependant, elles peuvent perturber grandement notre équilibre et notre bonheur si nous les laissons nous dépasser. Nous avons tous tendance à perdre le contrôle de nos émotions, réagissant parfois de façon primaire, voire violemment. Les Accords Toltèques nous apprennent à vivre avec nos émotions, en les acceptant et en les respectant, sans qu’elles prennent  le contrôle de notre destin.

Accord toltèque n° 1 : Que votre parole soit impeccable

Parler « vrai », en toute authenticité, sans médire ou prononcer des paroles que l’on pourrait regretter, permet de ne pas polluer son esprit de pensées négatives. Nos mauvaises pensées ont un effet boomerang et nous reviennent automatiquement. Nous sommes dans ce cas producteurs…et récoltants.

En effet, qui, au quotidien, ne se pollue pas l’esprit et le coeur sans s’en rendre compte avec des mots faciles contre soi ou les autres, du style « Il me gonfle, je suis nulle, je suis incapable de, les gens sont vraiment idiots, etc. La liste est longue ! Pour vous amuser, essayez donc de faire une liste sur une semaine de tout ce que vous dites de négatif sur vous ou les autres…Par exemple, bloquez vos réactions primaires en réprimant – au hasard –  l’envie d’envoyer un juron aux conducteurs irrespectueux. Constatez, riez…et laissez tomber sans « râler ». Vous verrez que rester zen vous évitera un stress, même petit, absolument inutile. Ce qui sera très bénéfique pour votre moral et votre sérénité.

Ce premier accord toltèque est un bon moyen de constater à quel point nous nous encombrons la tête d’idées négatives qui nous empêchent de vivre sereinement et en toute harmonie, car ces pensées s’inscrivent en nous…et y demeurent. Miguel Ruiz estime que c’est l’accord le plus difficile à respecter  » tant la parole est simple et se transforme en arme si elle est utilisée à mauvais escient ».

Tous les jours, faisons attention à ce que nous disons aux autres. Comme le dit le proverbe :

« Si ce qui sort de ta bouche n’est pas plus beau que le silence, alors tais-toi ».

Accord toltèque n° 2 : N’en faites jamais une affaire personnelle

Qui vous connaît mieux…que vous-même ? Nous savons ce que nous sommes, ce que nous voudrions être, comment nous nous sentons, ce qui est bien et moins bien chez nous…Cependant, nous recevons généralement les remarques et avis des autres sur nous comme une attaque ou un compliment, ce qui développe alors chez nous des sentiments forts, agréables ou désagréables. Mais est-ce bien la réalité ? Est-ce bien la vérité ? Prendre les choses de façon personnelle, notamment quand il s’agit de remarques négatives, implique des conséquences :

– nous accueillons les remarques de l’autre comme une réalité. La sienne, pas la nôtre.

– nous pouvons également mal interpréter l’observation de l’autre et s’en trouver vexé, blessé, amoindri. Nous nous créons alors une autre réalité, avec un sentiment de malaise, par rapport à ce que l’on vient de nous dire.

En fait, nous ne faisons que réagir à une « projection ». Il est donc nécessaire de ne pas « réagir au quart de tour », mais plutôt de renvoyer calmement ses remarques à l’autre : « je t’ai entendu mais c’est ton point de vue, non le mien  » ; « je ne partage pas tes opinions » etc. Et, en retour, enclencher une vraie conversation, plus sereine, non destructrice ni pour vous, ni pour l’autre. Nous savons tous à quel point les remarques que l’on nous faisait durant l’enfance ou l’adolescence sont ravageuses et nous poursuivent à l’âge adulte. Durant ces deux phases, nous sommes très fragiles et influençables car nous n’avons ni l’expérience, ni le recul nécessaire. A l’âge adulte, nous pouvons éviter les blessures et frustrations en ne prenant pas tout ce qu’on nous dit « au pied de la lettre », comme une vérité absolue.

Accord toltèque n° 3 : Ne faites aucune supposition

Ici aussi, cessons de nous projeter sur ce que les autres peuvent penser, croire, aimer ou ne pas aimer…cette projection n’est qu’une illusion ; on imagine, on se « fait des films » à partir de notre réalité alors que nous ne sommes n dans la tête ni dans le coeur de notre interlocuteur. Fuyez la paranoïa et le sentiment de persécution et préférez ouvrir votre coeur et votre esprit en étant honnête et bienveillant. On peut alors poser toutes les questions, tous les problèmes pour éviter les malentendus ou les drames qui nous empêchent de prendre les bonnes décisions.

Accord toltèque n° 4 : Faites toujours de votre mieux

Nous entendu souvent cette expression, « Fais de ton mieux ». Loin d’être péjorative (n’oubliez pas les Accords Toltèques 2 et 3 ;°) ), cette petite phrase signifie qu’il faut faire les choses telles qu’elles nous rendent heureux, instant après instant, sans jugement ou culpabilité envers soi et surtout, sans course à la perfection. Si vous en faites trop, vous épuiserez votre énergie, en allant contre vous. Si vous en faites moins, vous vous sentirez frustré et en proie à la culpabilité et au regret. Objectif : trouver le juste équilibre !

Oui, mais comment ?

Ce qui est juste pour soi ne dépend en aucun cas d’une norme collective. Miguel Ruiz estime d’ailleurs avec beaucoup d’humour que parfois, la meilleure chose à faire  pour soi, c’est rester au lit ! Commençons en tout cas par remplacer les « Il faut que je fasse ceci »,   » Je dois faire ceci » par des « Je peux faire ceci ». Nous maîtrisons ainsi notre objectif, sans frustration ni jugement envers nous-même. Il est préférable et plus gratifiant de faire une chose totalement, que 5 bâclées ou inachevées. C’est meilleur pour notre bien-être et…notre moral !

En savoir plus

Qui étaient les Toltèques ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Produits vus récemment :