Le dragon, animal légendaire

Publié le 12 décembre 2016 dans Créatures magiques, Mythes, Symboles du monde

Le dragon, animal légendaire des peuples nordiques, souffle le feu de la puissance et de la connaissance. Créature au regard fascinant, le dragon possède des pouvoirs qui inspirent à la fois crainte et admiration. Oscillant selon les peuples entre une influence bénéfique ou néfaste, le dragon demeure un symbole très fort de protection et de courage.

Origine du dragon

A l’origine, dragon est un dérivé du verbe grec « derkomaï », qui signifie regarder, fixer du regard. Le dragon est donc le gardien, celui qui protège les trésors ou les mystères sacrés. Chez tous les peuples du Nord, il symbolise la puissance et la vaillance. Le mot dragon tire parallèlement son origine du grec « drakos », qui signifie à la fois dragon et démon.

Le dragon est une créature hybride, à la taille généralement démesurée et aux écailles impossibles à transpercer. Composé de fragments de créatures diverses, il est associé aux quatre éléments de la nature :

  • La terre, où se trouve son antre et les trésors sur lesquels il veille,
  • L’air, où il déploie ses ailes immenses pour se déplacer,
  • L’eau, dans laquelle il nage aussi bien qu’un poisson,
  • Le feu, qu’il crache de son souffle puissant.

Le dragon : maléfique ou bienveillant ?

En Europe, il apparaît comme une créature maléfique voire diabolique. Dans l’Antiquité, le dragon est perçu comme un animal réel bien qu’exotique, au même titre que l’éléphant ou l’hippopotame. Au Moyen-Âge, il est classé au rang des créatures fabuleuses mais hérite d’une réputation résolument néfaste. Le dragon provoquerait le malheur partout où il passe, mettant les villages à feu et à sang et introduisant la corruption dans le coeur des hommes. Les rivières dans lesquelles il se baigne sont empoisonnées à jamais et le passage d’un dragon aux alentours d’un village annonce irrémédiablement des catastrophes telles que la guerre, la famine et les épidémies. Nombreux sont alors les récits et légendes qui relatent les soit-disant méfaits et actes abominables de cet animal légendaire.

 

Chez les peuples du Nord, le dragon représente une créature mythique et magique, un symbole puissant de courage et de protection.

En Asie, il est considéré comme une créature amicale qui favorise chance et richesse. Les dragons chinois, maîtres des pluies et vents, apparaissent comme des créatures divines, fécondes et bienveillantes, veillant sur les récoltes. Ils seraient même à l’origine des premières dynasties impériales chinoises, dont les empereurs naissaient avec du sang de dragon dans les veines !

 

 

 

« Tous les dragons de notre vie sont peut-être des princesses qui attendent de nous voir beaux et courageux. Toutes les choses terrifiantes ne sont peut-être que des choses sans secours qui attendent que nous les secourions ». Rainer Maria Rilke

 

Il est effectivement dit que les dragons sont en réalité des êtres humains ensorcelés. La condition pour que ces derniers reprennent leur apparence première réside dans le fameux « baiser du dragon », le « fier (courageux, au Moyen-Âge) baiser ». Celui-ci devait être donné avec un véritable amour afin que l’enchantement soit levé.

Le dragon, créature magique

Il représente en soi l’union des contraires que poursuit l’Alchimie et évoque ainsi le changement d’état, la transmutation. Certaines parties de leur corps posséderaient des vertus magiques, telles que la « draconite », pierre précieuse située dans le crâne du dragon. La poudre de dents et d’os assure santé et force. La consommation du coeur de dragon, juste après avoir terrassé ce dernier, apporte courage et bravoure. La langue, pour sa part, procure le pouvoir de comprendre le langage des oiseaux et voir en l’avenir. Un combattant dont la lame est forgée par le souffle du dragon s’avère invincible. Plus connu, se couvrir de sang de dragon rend invulnérable, à l’instar du héros nordique Siegfried. La légende raconte que Siegfried s’était intégralement enduit du sang de son ennemi Fafnir, sauf à un endroit du dos, où une feuille de tilleul était tombée à son insu, ce qui provoquera sa mort.

Les gardiens du trésor 

Les dragons sont également connus pour leur passion irrésistible de l’or et des trésors. Sitôt qu’ils en avaient découvert un, ils se l’appropriaient et veillaient jalousement sur leur bien. Gardiens du trésor, ils pouvaient même s’endormir sur ce dernier durant des millénaires ! Cependant, malheur à qui tenterait de prendre ne serait-ce qu’une pièce, car le dragon dort d’un sommeil léger, rompu par le moindre bruit. Seuls les conquérants les plus vaillants et initiés pouvaient alors espérer repartir avec un éventuel butin.

Saint Georges terrassant le dragon

La légende est bien connue : Saint Georges terrassant le dragon représenterait l’allégorie de la victoire du Bien contre le Mal. Nous trouvons souvent l’histoire de ce récit héroïque résumée en ces termes :

« Saint Georges terrassant le dragon », par Rafaël.

 

« Un jour il traverse la ville de Silène dans la province romaine de Libye, sur son cheval blanc. La cité est terrorisée par un redoutable dragon qui dévore tous les animaux de la contrée et exige des habitants un tribut quotidien de deux jeunes gens tirés au sort. Georges arrive le jour où le sort tombe sur la fille du roi, au moment où celle-ci va être victime du monstre. Georges engage avec le dragon un combat acharné ; avec l’aide du Christ, et après un signe de croix, il le transperce de sa lance. La princesse est délivrée et le dragon la suit comme un chien fidèle jusqu’à la cité. Les habitants de la ville ayant accepté de se convertir au christianisme et de recevoir le baptême, Georges tue le dragon d’un coup de cimeterre car il les effrayait toujours, puis le cadavre de la bête est traîné hors des murs de la ville tiré par quatre bœufs ».

 

 

 

 

Choisissez votre dragon protecteur dans notre boutique !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Produits vus récemment :